TOP

MANIFESTE pour un Réseau d’Actions contre l’Antisémitisme et tous les Racismes


LA CRÉATION DE CE RÉSEAU S’APPUIE SUR PLUSIEURS CONSTATS PARTAGÉS :


• La recrudescence de l’antisémitisme sous toutes ses formes, dans un contexte de montée des racismes et d’aggravation
de la crise sociale. Antisémitisme qui reprend les thèmes traditionnels sur le prétendu pouvoir des Juifs et le
fantasmatique contrôle des médias ; leur situation de privilégiés, voire leur richesse (comme les allusions à la banque
Rothschild), la protection dont ils bénéficieraient ; l’affirmation qu’ils seraient des agents d’influence de l’étranger.


• Nous constatons que l’antisémitisme a tué plusieurs fois au cours des 16 dernières années : Sébastien Selam en 2003 ;
Ilan Halimi en 2006 à Bagneux ; Jonathan, Arié et Gabriel Sandler, et Myriam Monsonego en 2012 à Toulouse à l’école
Ozar Hatorah ; Yohan Cohen, Philippe Braham, François-Michel Saada et Yoav Hattab en 2015 à l’Hyper Cacher ; Sarah
Halimi en 2017 et Mireille Knoll en 2018, toutes deux à Paris. À ces meurtres s’ajoutent des viols à caractère antisémite
comme celui de L. à Créteil en 2014.


• L’antisémitisme se traduit au quotidien par des paroles ou comportements à caractère discriminatoire, des harcèlements
et agressions à l’école, à l’université, au travail, dans la rue ou sur les réseaux sociaux.


• Nous notons que beaucoup trop de partisans de l’émancipation sociale et des combats quotidiens contre l’exploitation
et les discriminations reproduisent des mécanismes qui les conduisent à minimiser ou à taire les actes et énoncés
antisémites. Ils ne se soucient pas de cette situation alarmante et vont jusqu’à nier cette recrudescence de l’antisémitisme.
Ils se sont absentés des mobilisations lors de l’assassinat d’Ilan Halimi en 2006, des meurtres de l’école Ozar Hatorah à
Toulouse en 2012 et de l’Hyper Cacher en 2015, abandonnant ainsi le terrain aux forces réactionnaires. Cela a contribué
à un brouillage délétère. Ces mécanismes doivent être analysés pour mieux être détruits.


• Nous combattons l’antisémitisme d’où qu’il vienne, quels que soient ses prétextes, ses motivations et ses justifications.


NOTRE RÉSEAU ENTEND LUTTER CONTRE L’ANTISÉMITISME :


• En rappelant que la droite et l’extrême droite, fidèles à leur xénophobie, veulent faire croire que l’antisémitisme viendrait d’«
ailleurs » et ne plongerait pas ses racines dans plusieurs traditions politiques françaises vieilles de plusieurs siècles.
• En rappelant qu’un antisémitisme diffus est resté bien vivace et qu’il est nourri aujourd’hui par tous les intégrismes religieux.
• En rejetant toute interprétation de l’antisémitisme comme provenant essentiellement de la population musulmane.
Cette position est instrumentalisée par la droite et l’extrême droite et reprise dans certains secteurs de la gauche.
• En répertoriant et analysant les formes de banalisation de l’antisémitisme du côté de la gauche et l’extrême gauche, hier
comme aujourd’hui. Cette banalisation plonge dans une histoire du mouvement ouvrier qui n’en a jamais été exempte.
En critiquant les positionnements qui, à gauche, refusent de voir la réalité de l’antisémitisme et le cantonnent
exclusivement à l’extrême droite.
• En dénonçant toute complaisance envers l’antisémitisme, que ce soit au prétexte de l’antisionisme ou de la “lutte contre la
finance”. La lutte contre l’antisémitisme doit faire partie intégrante de l’action contre toutes les formes de racisme. Et nous
refusons l’injonction selon laquelle il faudrait d’abord adopter une position sur Israël avant de pouvoir dénoncer la haine des Juifs.
• En participant aux luttes contre tous les autres racismes et en apportant notre solidarité à toutes leurs victimes. Nous
refusons notamment l’opposition entre les actions contre l’antisémitisme et celles contre l’islamophobie, le racisme
antimusulman.
• En nous solidarisant avec les étrangers et les étrangères en butte à la répression de l’État.


NOS ACTIONS :

Marche contre l'antisémitisme


• Mettre à la disposition du plus grand nombre des outils (argumentaires, objets de diffusion physiques et numériques)
pour agir contre l’antisémitisme vécu au quotidien. Y compris dans les luttes et sur les lieux de travail.
• Organiser des réunions publiques ou des manifestations, seuls ou avec des mouvements et personnes qui partagent nos
préoccupations.
• Réagir contre des actes, manifestations et publications antisémites et/ou négationnistes.
• Participer aux manifestations contre l’antisémitisme en y faisant apparaître nos positions.
• Continuer à débattre des aspects historiques et politiques de l’antisémitisme, proposer des espaces de formation et
analyser de manière plus approfondie les mécanismes de l’antisémitisme contemporain. !

Télécharger le Manifeste du RAAR


Nos derniers Articles

  • Lettre à Mr Eric Pliez, maire du 20ème arrdt
    Nous nous permettons de nous adresser à vous pour vous faire part de notre réaction à propos du malencontreux communiqué de la Mairie du 20ème arrondissement publié à l’occasion du 80e anniversaire de la rafle de Juif.ves les 16 et 17 juillet 1942. Maintenir ce communiqué aurait considérablement terni l’action de terrain positive de votre mairie en termes de mémoire et de lutte contre l’antisémitisme, dont témoignent les récentes commémorations de la rafle que vous venez d’organiser.
  • Respecter et transmettre la mémoire de la Rafle du Vel d’Hiv
    La présidente du groupe France Insoumise à l’AN a déclaré dans un tweet : «Il y a 80 ans, les collaborationnistes du régime de Vichy ont organisé la rafle du #VeldHiv. Ne pas oublier ces crimes, aujourd’hui plus que jamais, avec un Président de la République qui rend honneur à Pétain et 89 députés RN ». Cet amalgame politicien est insupportable, d’autant que Mathilde Panot n’utilise pas les mots « Juifs », « antisémitisme », « Shoah », comme si ce n’était pas l’essentiel. Elle attribue la rafle aux « collaborationnistes » (type Doriot), alors qu’elle fut le fait des autorités et de leur police.
  • 80e anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv
    La rafle du Vel d’Hiv est la plus vaste opération en Europe occidentale d’arrestation de Juifs pendant toute la 2e guerre. Elle fut entièrement menée par la police française. Ainsi les raflés du Vel’ d’Hiv’ n’ont rencontré aucun soldat ou policier allemand, mais uniquement ceux de la police et de la gendarmerie de Vichy.